Le Burkina de Prince Mossi

 

Généralités :
Le Burkina Faso, est un pays d’Afrique de l'Ouest enclavé, sans accès à la mer, entouré du Mali au nord, du Niger à l’est, du Bénin au sud-est, du Togo et du Ghana au sud et de la Côte d'Ivoire au sud-ouest.

 

Superficie : 274 000 km² (moitié de la France)
Population : 
19 034 397 habitants (2016)
Capitale : Ouagadougou
Indépendance : 5 août 1960
Espérance de vie : 
58,59 ans (2014)
Taux d’alphabétisation  52,51 % (2015)
Langue officielle : Français parlé par 20% des burkinabè
Monnaie : CFA 1 euro : 655.96 FCFA

sources : "les Atlas de l'Afrique, Burkina-Faso", les éditions J.A. 2001

site du Ministère français des Affaires étrangères

 

Le Burkina-Faso est le "pays des hommes intègres" : Combinaison de « Burkina » en langue nationale Mooré (langue des Mossis) qui signifie intègre et « Faso » en langue nationale Dioula : terre des pères, mère patrie. La réunion de ces deux mots signifie donc "pays des hommes intègres".
Le mooré est parlé par les Mossi, ethnie majoritaire du Burkina. Le choix de ce mélange de langues traduit la volonté d'unification d'une société multi-ethniques : soit plus de 60 !!! qui vivent en parfaite harmonie.

 

 

Le Burkina Faso, l’un des pays le plus pauvre  du monde, est en pleine progression, grâce à une croissance économique annuelle relativement élevée. Mais cela ne suffit pas et le   chemin à parcourir sur la voie du développement est encore bien long.

Le PIB par habitant est de seulement 613 $USD (2015).

 
Dans la région de Kaya les revenus mensuels pour une famille sont en moyenne de 38€ par mois.
Les infrastructures, dans tous les domaines, travail, santé, éducation, transports, sont défaillantes. L’industrie et des services comptent pour seulement 14 % de la population active.

90% des ménages de la région centre ouest sont à plus d’une heure de marche d'un point d'eau ou d'une école

 

Climat et sol :

Le Burkina Faso présente un climat tropical de type soudano-sahélien avec deux saisons très contrastées :

Zimsa en période sèche

Zimsa sous la pluie

Une saison humide de juin à septembre et une saison sèche s’étendant de novembre à avril. Mai et juin sont les mois de transition, dits "de soudure". La saison sèche est caractérisée par des vents chauds et secs "l’Harmattan ", tandis que la saison des pluies est dominée par des vents humides.
Les températures moyennes oscillent entre 25°C de décembre à janvier et 42°C en mars-avril. Les températures maximales moyennes varient de 31 à 45°C et sont observées généralement en avril, mois le plus chaud de l’année.

 

Hydrographie /Pluviométrie :

Quoique peu élevé et relativement peu arrosé, le Burkina a un réseau hydrographique assez important, surtout dans sa partie méridionale. Les cours d’eau se rattachent à trois bassins principaux : le Mouhoun (anciennement Volta Noire), le Nakambé (Volta Blanche) et le Nazinon (Volta Rouge). Le Mouhoun est le seul fleuve permanent du pays avec la Comoé qui coule au sud-ouest.

Dans la région où sont implantés Prince Mossi et l’Aceed, les précipitations sont 
faibles.

 

Quelques mots d’histoire :

Ancienne colonie française, la Haute-Volta, obtient son indépendance en 1960.
Le nom actuel du pays, Burkina Faso, date du 4 août 1984, sous la présidence du révolutionnaire Thomas Sankara.
Sa devise se résume à « Unité-Progrès-Justice »
Le Président de la République est élu au suffrage universel direct pour 5 ans renouvelable une fois.

Les habitants du Burkina-Faso s'appellent les "Burkinabè". C'est un mot invariable dont la spécificité est issue d’une autre langue nationale "le fulfuldé " avec sa terminaison en « é ». Ecrire ou dire Burkinabais ou burkinabaise est une erreur.

Les diversités tant ethniques que religieuses font de ce pays, un pays de tolérance.
L'islam est la principale religion du Burkina Faso (50 %), 40 % de la population est animiste et

10 % de la population chrétienne est catholique.

 

Quelques mots d'économie :

Plus de 40 % de la population vit toujours sous le seuil de pauvreté, selon la Banque mondiale (2014). Dans la région Nord, ce sont même 70,4 % des habitants qui vivent dans la pauvreté, record national, contre moins de 10 % dans la capitale.
 

 L’économie repose pratiquement que sur l’agriculture qui  représente encore 86 % de la population active. Cette agriculture souvent de subsistance dépend encore trop des aléas  climatiques et de son sous équipement mécanique.

La daba, outil agricole  oblige le paysan à rester courbé des heures pour exploiter chaque mètre de terre durcie par un soleil de plomb.  Les  récoltes céréalières sont toujours faites à la main par des communautés villageoises entièrement sollicitées. 

 

Grace à ses nombreux barrages et retenues d'eau le Burkina Faso a connu un essor du maraîchage ces 20 dernières années. 40  000  tonnes de légumes y sont produitse annuellement.

La sécurité alimentaire n‘est pas  régulièrement assurée d‘une année à l‘autre et l‘incidence de pauvreté demeure élevée  dans les zones rurales où l‘agriculture est le plus pratiquée.

Le Burkina est le premier producteur de coton en Afrique et voit monter en puissance   la production aurifère dans le nord du pays (4ème producteur d’Afrique).

 

Alimentation 

Les aliments de base sont le sorgho, le mil, le riz, les arachides, la pomme de terre, les ignames, le haricot. La viande est un luxe au village.

La sauce constitue l’élément central de l’alimentation des burkinabè. En général, on mange la sauce soit avec le Tô, plat traditionnel à base de mil accompagné de gombo, soit avec le riz, et on mange avec la main droite.
On utilise les graines de néré pour donner plus de saveur à la sauce qui accompagne le riz ou le tô.
Les plats de viande grillée sur une broche et de poulet braisé ou au four sont très répandus au Burkina et font la renommée de certains maquis (petits restaurants de campagne).
Bien que l’eau soit la boisson la plus commune, le dolo, une bière de mil préparée traditionnellement et le bissap une boisson rouge préparée avec des fleurs d’hibiscus sont également consommés dans les villes. Quant au Zoom koom, c’est une boisson sucrée très répandue, préparée à base de farine de mil et de l’eau parfumée au gingembre et au citron et vraiment très douce.

 

Situation Sanitaire :

Au Burkina- Faso, une personne sur deux n’a pas accès à l’eau ce qui provoque de nombreuses maladies hydriques et une forte mortalité infantile.

En période dite « de soudure » avant la saison des pluies, les enfants partent souvent aux champs sans manger.

 

Cette population, exclusivement faite de cultivateurs sans ressources, n’a pas accès à l’éducation ni aux soins médicaux. Difficile avec de telles conditions d’échapper longtemps au paludisme, à la malnutrition et autres maladies. L’espérance de vie reste faible. Beaucoup d’enfants se retrouvent donc orphelins.

 

Education :

Deux systèmes composent le système éducatif au Burkina Faso :

Le système formel rendant la scolarité obligatoire de 6 à 16ans quand, toutefois, les infrastructures le permettent. La fin du primaire est sanctionnée par le Certificat d’Etudes Primaires(CEP), puis le BEPC qui clôture le premier cycle du secondaire. Pour finir le BAC ouvre les portes de l’université à Ouagadougou ou à Bobo-Dioulasso.

Le système non formel composé : 


- des centres permanents d’alphabétisation et de formation(CPAF) qui accueillent une population de 15 à 50 ans et constituent l’école de la deuxième chance
- des centres d’éducation de base non formelle (CBNEF) ouverts aux jeunes de 10 à 15ans.

 

 Prince Mossi et Aceed  travaillent en étroite collaboration avec le ministère de l’éducation national burkinabè. Ce sont plus de 1000 femmes alphabétisées grâce à CPAF.

Le Burkina Faso est au carrefour culturel africain et international grâce à de nombreuses manifestations artistiques comme le SIAO vitrine de l’artisanat ou le FESPACO dédié au cinéma. C’est essentiellement dans les 8 000 villages du pays que se déroulent le plus de spectacles culturels lors des fêtes traditionnelles : danse, musique, représentations théâtrales et même du cinéma de plein air.

Prince Mossi

7 rue de la cité

64230 Lescar
Téléphone : +33 698 773992 +33 698 773992

 

Comment nous joindre

Vous pouvez retrouver Prince Mossi

 sur les sites de crowd funding suivants :

 

Dans l’annuaire des associations :Net 1901

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
Association Prince Mossi Burkina Faso 7, rue de la cité 64230 Lescar / mariemonique.criado@neuf.fr